Où l'on participe à une triviale poursuite...

Publié le par Q1

...Et où l'on se vautre.

Oui, je suis un geek, et je l'assume : la définition d'une bonne soirée inclut parmi un bon nombre de soirées-types le modèle "soirée passée à jouer au Trivial Pursuit avec des amis".
Je devrais dire aux Trivial Pursuit, puisqu'on en a plusieurs éditions à disposition !

Tenez, ce soir, on a eu droit au Trivial Pursuit "Familial", "Genus" (vintage 1984), et Star Wars avec DVD.
Rien que ça.

On s'échauffe sur le famille, avec comme règle : première question de chaque tour de niveau "facile", les suivantes de niveau normal.
Retrospectivement, je crois que 70% des camemberts ont été gagné sur des débuts de tour.
Mais bon, on a tous utilisé la même règle... On verra la prochaine fois ce qu'on invente. Comment ça, on sent que je suis fort marri d'avoir fini 3e à cause des questions pas possibles qu'on m'a posé ?

A force, d'ailleurs, j'en arrive aussi à classer les questions :
- Evidente : tu te plantes, tu prends un coup sur la tête... assené avec un angle de 45°. T'as juste pas le droit de pas savoir !
- Laisse tomber, va, tu sauras pas... : le gars qui lit la carte est convaincu en se basant sur divers arguments que le type à qui on pose la question ne saura pas répondre. Sauf que ce genre de conviction est parfois déçue (c'est tout le charme du jeu)
- Moi je sais... toi pas : le gars qui lit la carte onnait la réponse, mais celui à qui on la pose non. Agaçant au mieux.
- Ah ouééé... HEIN ??? : Tu crois connaître la réponse et puis... non.
- Mais qu'est-ce que c'est que cette question ??? (alias Question : Impossible) : rien qu'à la lecture de l'énoncé, toute la tablée s'est regardée avec des yeux ronds, effaré de tant de cruauté de la part des concepteurs du jeu.

Ensuite, on passe au vrai, à l'épreuve d'endurance, au défi de fous : le Trivial édition Genus '84.
Autrement dit, les quetsions ont été écrites, j'étais même pas né. Et les spectacles de Micheline Presle, soyons francs, j'y connais que dalle !
Ca, ça donne des parties longues... Parce que vu le peu de réponses données, le dé tourne certes beaucoup, mais ça n'avance que lentement.
Sauf quand on tombe sur la question miracle, celle qui est du domaine de l'évident, ou qui a été posée à la partie d'avant dans une autre édition. Ou qui se rapporte à une autre d'avant
Exemple :
Q : Quel film avec Alin Delon blah blah blah ?
A : Rocco et ses frères.
Q: Dans Rocco et ses frères, qui incarne Rocco ?
 vous voyez le principe ? Bon, du coup, je l'ai gagnée, celle là :))

Et enfin, on finit la soirée sur le jeu de geeks finis : le Trivial Pursuit Star Wars avec dévédé. Celui où quand on tombe sur une question camembert, ça se passe dans le poste avec de l'image, du son et la possibilité de répondre à la place du joueur sur les 5 dernières secondes...
...et évidemment, toutes les questions portent sur les 6 épisodes de la guerre des étoiles.
Et des fois... c'est trrrès pointu. Alors que d'autres, c'est juste simple.
C'est que du hasard tout ça... Faut tomber sur la bonne couleur de la bonne carte au bon moment... En plus sur le Star Wars, on joue pour la deuxième place, vu que Flop est ultra-geek sur le sujet : sur 16 parties jouées, il en a remporté 15...

Or donc, voilà. Je passe des soirées vachement sympas... à mon goût. Parce qu'au fond, Trivial ou pas, gagner ou pas... c'qui compte c'est d'être avec les copains :)

Publié dans L'Après Helsinki

Commenter cet article